Accueil > Culture & loisirs > Expositions

Exposition du Photo Club de Collioure

VERNISSAGE Vendredi 7 NOVEMBRE 2014

" Nous avons le grand plaisir d’accueillir le photo club de Collioure.

Un grand plaisir pour un grand groupe : 36 personnes, 36 individualités, 36 portraits, 36 regards: 72 yeux tout autant de sourcils et 144 rangées de cils au total qui papillonnent autour de nous.

Collioure  est leur port d’attache. L’association  qui vient de la mer et accoste pour quelques semaines dans les Albères a été créée en 1989. Il y a 25 ans, donc, une poignée de passionnés a créé l’émulation et le nombre des adhérents a aujourd’hui quadruplé .

Ils Illustrent à merveille l’esprit communautaire (vous savez que l’on fait partie d’un groupement de communes Albères- côte vermeille) : Les uns sont amarrés à Port Vendres ou Argelès sur mer,  Les autres arpentent les sommets à Villelongue dels monts. 

Parmi les adhérents de la Plaine, le local de l’étape est Jean Loiseau, à la fois membre et formateur, vigie pourrait-on dire,  au sein de cette association. Ces artistes sont réunis autour de leur mentor Etienne Comte de Port Vendres, qui expose régulièrement dans la Région. Il est notamment le concepteur de  « Regards à Villeneuve de la Rivière ».

Je vais vous donner quelques éléments pour mieux comprendre leur travail : Jean  me disait lors de notre entrevue, « la photographie est un moyen d’expression, s’il n’y a pas d’histoire à raconter, une photo est vaine, sans intérêt » . Cette histoire réside dans le titre de l’exposition « Ombre ». Loin des couleurs de Collioure, nos artistes ont choisi de s’approprier l’opposition entre le clair et l’obscur, les ténèbres et la lumière.

De ce jeu de création, ressortent des œuvres originales. Des formes aplaties sur le sol semblent donner une nouvelle interprétation des choses : une cuillère qui apparaît tordue, un pigeon qui se dédouble et semble raconter la fable de La Fontaine, des musiciens fantômes et leurs guitares, un vitrail inversé chez Jean, le plafond de la Chapelle Sixtine revisité.

Vous découvrirez comme moi bien des significations, bien des récits attachés à ces images.« L ‘oeil écoute » disait le poète. C’est bien la mission que se sont donné ces équipiers et qu’ils nous confient à nous spectateurs : sachons donc être sensibles à leurs créativité, originalité (vous ne verrez pas de photo de voyage ici mais plutôt la photo en voyage comme me le disait Jean) chercher le détail qui surprend. Très portés sur l’art graphique, ils réalisent des prises de vue qu’ils veulent singulières Certains travaillent sous l’influence de « Maîtres » influences Willy Ronnis, Doisneau, Salgado, tout en conservant cependant leur sensibilité. Il y a cependant une différence notable avec leurs maîtres, eux bénéficient de la technologie, vous ne verrez ici que des images, réalisées sans truquage bien sûr mais pixelisées, numérisées.  Cela n’enlève rien à leur travail et au contraire propose au public un travail abouti, fruit d’un travail important de prise de vue et d’invention. "