Accueil > Culture et Loisirs > Expositions

Du 4 juillet au 30 août 2015

MAURICE AZRA ET LE CERCLE DES IMAGINAIRES...

Maurice Azra et le cercle des imaginaires donnent le coup d’envoi de notre festival de théâtre 2015. 


Maurice Azra manie les couleurs et les formes, les dilue, les détourne. Vous avez pu l’observer : il éclate un lieu, un objet, un personnage et le disperse sur la toile. De la même façon j’aimerais vous présenter Maurice par le jeu de l’anagramme  (qui consiste a réaliser à partir d’un mot un nouveau mot avec les mêmes lettres - parfois approximatif). Que peut-on faire avec son nom A. Z. R. A ?. 


Je vous proposerai 5 possibilités :

Azra tout d’abord c’est  Hasard, hasard d’une rencontre - même s’il se nomme Maryse Thieux, complice de l’artiste, elle a fait le lien pour que cette exposition puisse avoir lieu. Et je la remercie sincèrement. Le Hasard c’est aussi celui qui préside à  la création de ses œuvres. Chantre de la libre association, l’artiste laisse son pinceau dériver. 


Ensuite Azra, c’est le bazar : la Russie, Laroque, de l’héroic fantasy, des rondeurs féminines (qui font rougir, mais Azra c’est évidemment de la couleur, vous serez donc dans le mouvement), des monstres hideux (qui vous feront pâlir d’effroi), un lion surplombé par le château de Valmy, des figures amicales dans un quadratique. Vous ne serez pas épargnés par le refus de l’ordre, l’aspiration à la liberté créatrice de l’artiste.


Mais Azra c’est aussi Bizarre. Vous voici invités à naviguer dans la pays de l’abstrait, de l’imaginaire. Le courant y est fort et on ne sait jamais vraiment où il nous entraîne - peut-être parfois du côté de Cadaquès, l’artiste étant proche de l’esprit des surréalistes et de Dali. Sans doute découvrirez-vous parfois des formes connues, des objets, des corps, d’autres fois vous demeurerez interdits face à une représentation qui ne semble avoir aucun sens, aucune amarre  mais qui fera naître en vous le curieux sentiment de l’étrange et du familier. 

Voilà un des principes de l’imaginaire. 


Azra c’est quand même rasoir, non pas que le peintre soit un individu barbant - il est passionnant - non pas aussi qu’il soit redoutable mais si vous le croisez, le visage effaré, les yeux à la dérive, un couteau à la main - ce qui plus est est  fréquent - ne tremblez pas, n’allez pas croire à un délire psychotique. Maurice crée, habité par les muses, il utilise le couteau comme instrument et le laisse glisser sur la toile à la recherche de formes et de couleurs.


Enfin Azra, c’est rare. Rare car précis, rigoureux. Ses toiles respectent scrupuleusement la mise en place du nombre d’or pour mieux capter le spectateur. Il utilise chaque couleur comme une vibration, calcule la concordance des primaires et complémentaires. 


Particularité de son art : le fondu, on n’arrive pas à voir le passage d’une couleur à l’autre. Le jeu sur les effets de lumière est important. 

Maurice Azra est un artiste unique, entier comme son art, généreux, qui ne joue pas la comédie. 

Il a amené dans sa musette 5 artistes dont 3 de ses élèves faisant partie du Cercle de l’Imaginaire.


MALON ses toiles sont des histoires oniriques où les personnages voyagent dans un monde en perpétuel mouvement. Dans ses dernières toiles on observe le goût pour le trompe l’oeil. Des animaux de contes, des princesses chevauchant des éléphants ou traînant une valise à roulettes sur un champ de gazon ondulant, excusez du peu !


JOSETTE LEMAITRE : contrastes forts, couleurs imposantes, le spectateur contemple. Adepte des fondues artistiques, elle les intègre dans ses toiles dans le cadre de la mise en scène de ses histoires. Visitez ses galaxies, ayez la tête dans les étoiles, Josette vous guide vers un ailleurs. Elle nous fait redécouvrir l’abbatiale de Saint-André, éclatante de couleurs et de lumières.


Nelly  PERICE : Tout en douceur dans ses pastels, imaginative dans ses médiums découpés, elle nous livre un travail méticuleux et passionné. 


Enfin, pour compléter harmonieusement l'exposition vous découvrirez 6 superbes sculptures de Perle ZYLBERYNG, ancienne élève des Beaux Arts de Perpignan dont l’inspiration est liée au nu féminin

et que vous retrouverai maintenant souvent dans les environnements artistiques du Cercle.  


Un festival d’artistes qui en annonce un autre... Le festival de théâtre, régalez-vous !