Accueil > Actualités

Deux expositions au mois de novembre Le 18 novembre 2015

Deux expositions ont eu lieu au village en ce mois de novembre.

Le 11 novembre, Martine Gueneret proposait des études d'après Klimt, Dali et Picasso. Ces reproductions, sincères et personnelles, ravirent le public.





le 13 novembre, nous accueillions le peintre abstrait Raymond Dirles



ELEMENTS BIOGRAPHIQUES

Artiste natif de Montauban, habitant à deux pas de la cité du célèbre Ingres, Raymond Dirlès n’a pourtant rien d’un portraitiste ou d’un réaliste. Point de Bain Turc ou de Belle Odalisque chez cet artiste résidant dans la minuscule commune de Balignac (26 habitants au dernier recensement et sans doute pas plus de 24 en ce moment puisque Raymond est accompagné de sa femme). Si son village est minuscule son œuvre est celle des grands espaces. On semble voir l’expansion de l’univers dans ces formes arrondies, circulaire, en tension,  qui veut prendre possession de toute la toile et aller encore plus loin pour habiter tout l’espace qui l’entoure.

  Après l’espace, parlons du temps. 60 ans de peinture, de création, de perfectionnement. L’abstraction a cela de singulier qu’elle se rit du cadre temporel. A ce temps de peinture s’ajoute un temps d’exposition : 5 à 6 par an. Il a exposé bien sûr dans le sud ouest mais aussi dans la patrie de l’art abstrait : Bilbao La maturité du trait.   Son sujet ? Cet élève des beaux arts de Toulouse a pris le temps de créer une peinture singulière, loin des écoles et des modes.  Je le cite, je suis « porté par une perpétuelle recherche de formes et de couleurs, visant la plus grande liberté possible par-delà les contraintes d’un sujet »Vous l’aurez compris, il va là où le pinceau le mène. Son message ? Il pourrait reprendre les mots de Duchamp… c’est le spectateur qui fait l’œuvre et pas l’artiste.  Cela est bien vrai. Face à ces masses d’imaginaires nous pouvons aisément observer et créer ce que nous souhaitons. L’art abstrait, c’est la liberté, liberté pour l’artiste de s’exprimer totalement, liberté pour le spectateur d’imaginer de créer à nouveau, de s’impliquer.
Écrire un commentaire :

Les champs marqués d'une * sont obligatoires